Pour ou contre le rachat de crédits ?


Le rachat de créance

Le principe de rachat de créance consiste à refinancer l’endettement existant sur un immeuble loué à long terme à un locataire publique ou assimilé, auprès d’une banque qui devient bénéficiaire légal de la créance, ce qui permet au propriétaire de l’immeuble appelé « cédant » de transférer à celui qui a racheté la créance nommé « cessionnaire » tous les risque liés à la location. En recevant l’actualisation la valeur des cash-flows, le cédant peut maintenant refinancer l’endettement existant de l’immeuble. Cependant après la cession, il n’est plus possible au cédant de récupérer la créance et les conditions de la vente, la durée ne peuvent plus être modifiées pour plus de précision consultez http://www.credit-stor.com/articles/rachat-de-crances.html.

Faire des économies par le rachat de crédit

L’activité de rachat de crédit immobilier s’est répandue du fait de la baisse des taux des crédits immobiliers. Cette pratique est très courante, cela permet d’emprunter de l’argent, tout en faisant des économies. Pour obtenir plusieurs propositions de réaménagement des prêts, il faut se tourner vers deux banques en plus de votre banque actuelle ou vers un courtier afin de comparer la mensualité de remboursement, le taux et le coût total du crédit, vous pouvez lire aussi credit stor. Il est important de considérer attentivement que les frais liés au rachat de crédit ne soient pas plus important que l’économie que vous voulez réaliser en réduisant votre taux. Un rachat de crédit réussi passe par le fait de mettre en concurrence les banques et institutions de crédit pour une comparaison des différentes propositions. Alors cliquez pour plus d’infos sur le lien. Note bien ici que généralement, un rachat de crédit n’est rentable que si l’écart de taux entre le crédit en cours et celui qui peut être obtenu est supérieur à 1%. Aussi d’autres facteurs entrent en compte : le montant du nouveau crédit ne doit pas dépasser la valeur du bien immobilier, il faut inclure les frais de dossier, les frais de la nouvelle assurance emprunteur et les indemnités de remboursement anticipé, ils sont plus importants, mais encadrés par la loi.