Amiante dans les maisons : des rénovations toxiques


Depuis 1985, l’amiante n’est plus utilisé au Québec. Cependant, elle se trouve souvent mélangée à de l’asphalte ou du ciment. Du coup, les nombreuses personnes qui se retrouvent exposées à ce produit notamment après les travaux de rénovation courent un grand danger sanitaire. L’amiante se retrouve le plus souvent dans le plâtre ou encore dans la couche de ciment qui se trouve à l’arrière des lattes de bois qui soutiennent le mur.

téléchargement


Une présence vérifiée par plusieurs analyses

La cause principale de la présence de l’amiante dans les maisons, c’est sans doute la large vague de rénovations qui sont observées dans les différentes agglomérations. En effet, la plupart des travaux de rénovation qui sont réalisés dans les vieilles maisons sont susceptibles de répandre des fibres d’amiante dans l’atmosphère. Selon plusieurs spécialistes de la santé, ce sont des fibres d’amiante cancérigènes. Il faut dire que la présence de l’amiante sur le plâtre ancien est très peu connue par les privés et les professionnels. De plus, il faut dire que les travaux de décontamination sont assez élevés.

Récemment, un acheteur d’une bâtisse au Québec a attaqué son vendeur pour vice caché, car il aurait découvert que le taux d’amiante contenu dans le bâtiment était assez élevé. Ce qui rendait les travaux de décontamination de moisissures Laval sont très couteux. Il estimait surtout le fait que son projet d’y construire un hôtel n’était plus avantageux. Pour la cour, elle a estimé que le problème de l’amiante était peu connu lors de la transaction. Elle estime surtout le fait que lorsqu’on ne touche pas aux murs en plâtre, il n’y avait pas de problème.

Des normes de plus en plus strictes

Il faut dire que le cout des travaux de décontamination amiante à Laval est assez élevé. Ceci peut d’ailleurs retarder, voire empêcher les travaux de rénovation. Cependant, le parc immobilier au Québec commence à vieillir et des travaux de rénovation s’imposent. Du coup, le danger est toujours présent et il conviendrait, pour les autorités, d’agir afin de réduire les risques de maladies contractées à cause de la présence de l’amiante dans les vieilles constructions. Selon l’institut national de santé publique (INSPQ), il y a une réelle hausse des maladies liées à l’amiante dans le secteur de la construction. D’ailleurs, ce sont des maladies qui sont souvent indemnisées par la CSST. De plus, plusieurs rapports confirment qu’elles sont bien plus nombreuses que les accidents de travail.


Laisser un commentaire