Après le désordre que le premier ordre migratoire avait suscité, et ayant été interdit par la justice, le président américain tente de mettre en œuvre un autre décret. Pour plus d’informations, on peut consulter le http://www.immigration-usa-actu.com/.

Le nouveau décret migratoire

Effectuer une Demande d’ESTASi dans la première version, les résidents de sept pays étaient concernés, avec cette nouvelle alternative, il s’agirait de six pays. En effet, on a écarté l’Irak du recensement et les possesseurs de visas ainsi que d’autres formulaires officiels sont désormais nettement patronnés. L’absence de l’Irak dans ce recensement est la principale modification importante dans le texte de ce décret migratoire. Les raisons principale ayant poussé à ce changement sont les intrusions de militaires et de parlementaires ainsi que le gouvernement à Bagdad. Tout cela a contribué au changement d’avis du président. En revanche, les résidents, de la Somalie, du Yémen, de la Syrie, du Soudan, de la Libye et de l’Iran restent considérés par ce nouveau décret.

La détention de cartes vertes et de visas

Il existe encore d’autres modifications apportées au texte principal. La plus importante est certainement que les résidents des pays concernés et tout détenteur d’une qualification de séjour suivant les règles, ou d’un visa peuvent poser leur pied sur le sol américain. Désormais,  même si on est résident d’un de ces pays, récemment concernés, et si on détient un visa invariable ou une carte verte, on pourra toujours avoir accès aux Etats-Unis.

Dans le décret qui a été rendu officiel, la Maison Blanche a incontestablement manifesté des résistances d’explication et de transparence. La finalité de ce texte est donc double. En effet, le président américain tente aujourd’hui de persuader le public sur la conformité de cet ordre et contourne les contestions de la justice en ce qui concerne sa constitutionnalité.