Il est très fâcheux voir désagréable de se voir surprendre par la décharge de la batterie de votre vélo électrique, vous obligeant ainsi à fournir des efforts auxquels vous n’étiez pas forcément préparés. Alors il serait bien ‘avoir une idée du nombre de kilomètres que vous pourrez sereinement parcourir.

Quelle est l’autonomie moyenne d’un vélo électrique ?

De manière générale, il faut retenir qu’un vélo électrique a une autonomie moyenne de 50 km.

Toutefois, ceci peut ne pas toujours être exact. En effet, de manière pratique, vous remarquerez qu’il y a des vélos qui tiennent sur seulement 20 km alors que d’autres vont jusqu’à 80 km. A quoi est due cette différence ?

Pour bien comprendre cette différence, il faut savoir que l’autonomie d’un vélo dépend de 4 facteurs principaux.

Quelle sont les paramètres qui entrent dans l’autonomie d’un vélo électrique ?

1 – La capacité de sa batterie

Le premier et le plus important de ces facteurs est évidemment la capacité de la batterie. Plus grande est la capacité d’une batterie, plus longtemps celle-ci dure.

Lors du choix de votre vélo, il est d’ailleurs recommandé de choisir une batterie qui a donc une grande capacité, mais cela va de soi que plus elle dure, plus la batterie est chère.

2 – Le poids du conducteur

Contrairement au vélo classique, le poids de l’engin n’influence nullement l’effort à fournir lorsqu’on pédale. C’est plutôt le poids du conducteur qui influence l’autonomie de la batterie d’un vélo électrique.

Plus un conducteur est lourd, plus la batterie doit fournir d’efforts pour garder le même rendement. Ceci se ressent encore plus sur des pentes à gravir ou des pistes qui ne sont pas plates.

3 – L’assistance électrique

L’assistance électrique a également un rôle capital à jouer sur la résistance de la batterie.

L’assistance électrique détermine le niveau d’assistance que le moteur du vélo vous fournira. Le conducteur pourra la régler sur différents niveaux, selon sa convenance.

Il va de soi que plus l’assistance est élevée, plus le moteur doit travailler et ceci diminue la durée de la batterie.

Si vous votre vélo possède un accélérateur, il serait malin de l’utiliser le moins possible. Car étant un dispositif électrique, plus l’accélérateur est utilisé, plus cela affaiblit la batterie de l’engin.

4 – La nature du parcours

Le dernier des paramètres à considérer, et non le moins important est la nature du parcours à réaliser.

Cela semble naturel que sur des pistes rugueuses ou des pentes à gravir, le moteur va devoir fournir encore plus d’efforts afin de vous assister. L’autonomie est donc plus importante sur une piste plate que sur une piste qui ne l’est pas.