Tout sur les hémorroïdes :


Commençons cet article par rassurer le lecteur : tout le monde a physiologiquement des hémorroïdes. Les hémorroïdes sont une sorte de paquet vasculaire présent au niveau de la fin du rectum. Il s’agit de lacs vasculaires avec un réseau veineux et artériel. Les hémorroïdes représentent l’étanchéité du rectum. Quand tout va bien, le réseau sous-jacent maintient les hémorroïdes, le transit est bon, la vie est belle.

Dans certaines circonstances, les choses se gâtent. A la faveur d’une période de constipation, de fluctuations hormonales ou lors d’une station debout et statique trop prolongée, le réseau se relâchent et les paquets vasculaires s’irritent et gonflent.


Le cas le plus courant est peut-être celui lié au stress et à la constipation. Le transit est ralenti, les selles sont plus dures et pire, on pousse aux toilettes pour faire sortir les fèces. La première mesure corrective est alors de respecter un régime alimentaire riche ne fibres, en eau et de pratiquer une activité physique régulière. On sait bien qu’une simple marche favorise le transit.

Un autre cas bien connu est celui des crises hémorroïdaires chez les femmes. Qu’il s’agisse d’une femme pendant la grossesse (à fortiori à partir du 6ème mois) ou une femme pendant son cycle menstruel (avant ou pendant les règles le plus souvent), les hormones et notamment la progestérone peuvent provoquer un relâchement des tissus et favoriser ainsi le gonflement des hémorroïdes et ainsi la crise hémorroïdaire. La progestérone est une hormone qui provoque ce type de manifestations.
La période qui entoure les règles est souvent une période pendant laquelle peut apparaître une crise hémorroïdaire doublée d’une période de constipation.

La crise hémorroïdaire en tant que telle peut être extrêmement douloureuse. Que les hémorroïdes soient internes ou sortent de la marge de l’anus pour former un prolapsus ou une procidence. Le paquet de vaisseaux peut en effet s’externaliser et provoquer des douleurs, une simple gêne et/ou des démangeaisons. Il est alors conseillé de rentrer, avec le doigt, la boursouflure en dedans. Le moment de la douche est tout à fait propice.

La douleur lors de la crise hémorroïdaire peut être prise en charge par différents médicaments dans les pharmacies de ville ou leur site internet duquel elles dépendent. Le pharmacien conseille ainsi une crème anti inflammatoire (avec ou sans anesthésique local comme la lidocaïne) comme la Titanoréïne ou Sédorrhoïde. Il peut aussi conseiller des suppositoires si les hémorroïdes sont davantage internes. Il est tout à fait possible d’associer les deux. En plus de ce traitement local et des mesures hygiéno-diététique exposées plus haut, la prise de veino-toniques est fortement conseillée. Tout le monde connaît le Daflon qui a aussi une indication dans la prise en charge des jambes lourdes. Il peut être tout à fait conseillé à plus haute posologie pour soulager une crise hémorroïdaire sur une semaine. Ce dernier peut être aussi conseillé chez la femme enceinte.

En plus de ces médicaments, quelques règles sont tout de même à respecter. Il convient de limiter la consommation de plats épicés et de café. Il faut en effet augmenter la consommation de fibres et de bien s’hydrater dans la journée. Il faut aussi penser à éviter le port de vêtements trop serrés et pratiquer une activité physique régulière, même modeste comme la marche.

Enfin, il faut bien rappeler qu’une crise hémorroïdaire peut faire saigner les petits vaisseaux présents au moment du passage de selles par exemple. Du sang peut alors être retrouvé sur le papier toilette ou sur les sous-vêtements et dans la cuvette. Ces saignements ne sont pas graves mais s’ils viennent à se répéter il faut absolument aller consulter un médecin. Des saignements de la partie basse du tube digestif peuvent constituer le signe de la présence d’un cancer colorectal.


Laisser un commentaire